Open Access
Numéro
Cah. Myol.
Numéro 21, Juin 2020
Page(s) 28 - 29
Section Lu pour vous / Literature review
DOI https://doi.org/10.1051/myolog/202021009
Publié en ligne 10 juillet 2020

La reconnaissance des émotions via l’expression faciale et les postures corporelles dans les dystrophies myotoniques de type 1 et 2 (DM1 et DM2)

Claire-Cécile Michon, Christian Réveillère

Psychologues-conseils AFM-Téléthon, Évry, France Contact creveillere@afm-telethon.fr

Résumé

L’étude de Lenzoni et al. [1] a pour but d’évaluer les capacités de reconnaissance des émotions faciales et aussi de celles exprimées à partir d’une posture corporelle, à la fois dans la DM1 et la DM2. Elle vise également à rechercher de possibles liens entre : reconnaissance des émotions et performances cognitives, reconnaissance des émotions et nombres de répétitions CTG, force musculaire et déficiences fonctionnelles. Dans ce travail, trois groupes de sujets sont comparés : deux groupes de patients avec un âge moyen de 45 ans (de 33 à 56 ans) l’un de DM1 (n = 34) et l’autre de DM2 (n= 8) ainsi qu’un groupe témoin (n = 24). Les diagnostics des patients ont été confirmés en biologie moléculaire. Les critères d’inclusion étaient les suivants : score au MMSE > 24, absence d’antécédents psychiatriques ou de trouble neuro-développemental (Trouble du Spectre Autistique ou TSA). Le bilan neuropsycho logique comprenait une évaluation des fonctions exécutives et de l’attention, des capacités visuo-spa tiales, de la mémoire, et enfin, via des tâches infor matisées, de la reconnaissance des émotions sur la base de postures et d’expressions faciales. Les résul tats mettent en évidence que : 1) des difficultés des deux groupes de patients (groupes DM1 et DM2) par rapport aux sujets témoins pour la reconnais sance des émotions (postures et visages); 2) l’exac titude des réponses des patients pour la reconnais sance des émotions faciales (DM1 et 2) est associée (régression linéaire) aux scores obtenus pour les tests des fonctions exécutives et visuo-spatiales; 3) celle des réponses pour la reconnaissance des émotions posturales est associée aux scores visuo-spatiaux et mnésiques; 4) aucune association entre les perfor mances n’a été observée chez les sujets témoins. Par ailleurs, aucun lien n’a été établi entre l’augmenta tion (ou expansion) du nombre de répétitions CTG, la force musculaire, la sévérité de l’atteinte fonction nelle (mesurée par l’échelle MIRS pour Muscular Impairment Rating Scale) et la capacité de recon naissance des émotions faciales et posturales.

Commentaires

Cette recherche confirme les résultats de nom breuses études [2] ayant déjà montré l’existence d’une difficulté à reconnaître les émotions faciales par les patients atteints de DM1. Cela se traduit par des difficultés d’empathie sur un plan interrelationnel et peut être source de difficultés de coopération et de sociabilité (inhibition sociale, peur du rejet, crainte de la critique...). Par ailleurs, cette étude apporte deux éléments nouveaux. Elle met tout d’abord en évi dence un trouble comparable de la reconnaissance des émotions (faciales et posturales) dans la DM2. Dans ces deux formes de dystrophie myotonique, un lien est ainsi établi entre la reconnaissance des émo tions posturales et les capacités visuo-spatiales, preuve de l’existence d’une interaction entre les sys tèmes sensorimoteurs et certains processus cogni- tifs. Les auteurs nous invitent alors à explorer une nouvelle hypothèse explicative du déficit de la recon naissance des émotions dans les DM, en nous appuyant sur les théories de la cognition incarnée. Selon ces dernières, la cognition n’est plus vue sous l’angle du traitement d’information, mais plutôt comme ayant pour visée de supporter l’action en prenant ses racines dans les systèmes sensorimo- teurs [3]. Ainsi, l’atteinte motrice observée dans les DM pourraient impacter la cognition et notamment la reconnaissance des émotions. Ces résultats remet tent au cœur de la discussion le rôle du corps dans la reconnaissance des émotions, voire plus largement dans leur traitement (perception, reconnaissance et expression). Il serait cependant intéressant d’évaluer l’impact de l’atteinte de la posture sur la cognition sociale dans des pathologies neuromusculaires pour lesquelles aucun trouble cognitif n’est décrit.

Enfin, se pose la question de la perception des émotions des patients eux-mêmes par leurs interlocu teurs. L’atteinte des muscles du visage et de la pos ture vont empêcher ou tromper l’activation des neurones miroirs et impacter ainsi l’interaction [4]. Le lien entre corps et cognition sociale pourrait être interrogé dans un contexte d’interaction (interaction de deux corps et de deux systèmes de pensée) à la lumière des théories de la cognition incarnée.

Recognition of emotions through facial expression and body postures in type 1 and 2 myotonic dystrophies (DM1 and DM2)

Liens d’intérêt

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.

Références

  1. Lenzoni S, Bozzoni V, Burgio F, et al. Recognition of emotions conveyed by facial expression and body postures in myotonic dystrophy (DM). Cortex 2020 ; 127 : 58-66.

  2. Labayru G, Arenzana I, Aliri J, et al. Social cognition in myotonic dystrophy type 1: specific or secondary impairment? PLoS One 2018 ; 13 : e0204227.

  3. Dutriaux L, Gyselinck V. Cognition incarnée : un point de vue sur les représentations spatiales. L’Année Psychologique 2016 ; 3 : 419-65.

  4. Michon CC, Miljkovitch R, Cyrulnik B. Communication non-verbale dans la DM1 et la FSHD. Med Sci (Paris) 2018 ; 34 (hors série no 2) : 9-12.


© C.C. Michon et C. Réveillère, publié par EDP Sciences, 2020

Licence Creative Commons
Cet article est distribué sous licence « Creative Commons » : https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/deed.fr, permettant une ré-utilisation du contenu sans restriction à condition de mentionner clairement la source.

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.