Open Access
Numéro
Cah. Myol.
Numéro 13, Juin 2016
Page(s) 78 - 79
Section Partenariats / Partnerships
DOI https://doi.org/10.1051/myolog/201613014
Publié en ligne 11 juillet 2016

© V. Mouly, publié par EDP Sciences, 2016

Licence Creative Commons
Cet article est distribué sous licence « Creative Commons » : http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/deed.fr/, permettant une ré-utilisation du contenu sans restriction à condition de mentionner clairement la source.

Le LIA de Thérapie Cellulaire et Immunothérapie est né d’une forte collaboration existant entre l’équipe de G. Butler-Browne du Centre de Recherche en Myologie (CRM, UMRS 974, Institut de Myologie, Paris) et celle de W. Savino à l’Institut Oswaldo Cruz de la FIOCRUZ au Brésil. Initialement créé entre l’Inserm et la FIOCRUZ, il a très rapidement été reconnu aussi par l’UPMC, puis par l’UFRJ, et a reçu des financements des programmes CAPES-Cofecub, Inserm-FIOCRUZ et récemment Ciencia sin Fronteras (Figure 1). Les deux partenaires ont choisi de travailler ensemble sur la migration des précurseurs musculaires humains et leur interaction avec la matrice extracellulaire dans un modèle de xénogreffe qu’ils ont mis au point ensemble avec le laboratoire de J. di Santo (Institut Pasteur, Paris). Ils ont ainsi montré l’importance de la laminine pour ces xénogreffes [1] et l’effet d’un choc thermique sur l’efficacité de la greffe de myoblastes [2]. La cinétique de régénération des précurseurs humains a été établie [3], et le rôle que jouent les macrophages dans la régénération musculaire a été étudié par un étudiant en co-direction [4]. Une étude d’expression de miARN a aussi été réalisée au cours de la différenciation des précurseurs humains [5]. Le potentiel myogénique in vivo de cellules souches (AC133) a été quantifié in vivo (collaboration Y. Torrente, Rome, Italie) [6]. Enfin, les deux équipes ont mis au point un modèle de souris immunodéficientes et déficientes en dystrophine (RAG/DMD). Le partenariat initial, basé sur la confiance et l’amitié réciproques, a été étendu à des équipes de l’UFRJ (A. Pruffer-Araujo et F. Pinto-Mariz, C. Benjamim), de la FIOCRUZ (A. Bonomo), du LNCC (pour Laboratório Nacional de Computação Científica, A.T. Ribeiro de Vasconcelos) et du CRM (O. Benveniste). Ce partenariat a permis la mise en évidence d’un biomarqueur circulant, VLA-4, chez le chien GRMD (collaboration École nationale vétérinaire d’Alfort) [7] et chez les patients DMD, prédictifs de l’évolution de la maladie [8]. Ce biomarqueur a été breveté, puisqu’il sera un instrument précieux pour la sélection de cohortes de patients et leur suivi au cours d’essais thérapeutiques innovants. Les projets actuels concernent l’expression des différentes isoformes de laminine au cours de la différenciation musculaire de précurseurs humains et au cours de la régénération in vivo par une analyse globale des transcrits humains dans les xénogreffes, particulièrement ceux en relation avec la matrice extracellulaire. Les mêmes approches seront appliquées pour détecter les modifications de la matrice extracellulaire en absence de dystrophine. Enfin, des expériences de perturbation d’expression de ces isoformes (surexpression ou knock-down) sont aussi prévues, ainsi que l’analyse d’une lignée immortalisée dérivée d’un patient déficient en laminine (mérosine). D’autres projets concernent l’implication potentielle des cellules dendritiques dans la régénération, et l’étude de facteurs impliqués dans des myopathies inflammatoires. Le projet concernant le biomarqueur VLA-4 sera étendu à l’étude du coeur dystrophique. Enfin, des essais d’induction de tolérance immunologique par voie orale sont en cours chez la souris.

thumbnail Figure 1.

Une équipe du LIA avec G. Butler-Browne et V. Mouly (CRM), I. Riederer (Fiocruz), deux étudiantes et deux post-doctorantes, dans le laboratoire de la FIOCRUZ à Rio-de-Janeiro.

Au-delà des projets communs et de la formation des étudiants, principalement masters et doctorants, ce LIA sert aussi de point d’ancrage pour le développement de coopérations franco-brésiliennes. Ainsi, nous avons participé aux discussions fondatrices concernant une coopération dans le cadre plus général de la neurologie, avec la création future d’un Institut des Neurosciences à la FIOCRUZ. De même, des premiers contacts ont été récemment établis entre l’Institut Universitaire du Cancer de l’UPMC et des chercheurs de la FIOCRUZ, dans le cadre d’un nouveau développement brésilien dans ce domaine, intitulé FIOCANCER. Nous espérons que ce rôle de cristallisateur de notre LIA permettra le développement de coopérations futures aussi fructueuses que celle que nous connaissons avec nos collègues brésiliens dans le cadre du LIA.

Liens d’intérêt

L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt concernant les données publiées dans cet article.

Références

  1. Silva-Barbosa SD, Butler-Browne GS, de Mello W, et al. Human myoblast engraftment is improved in laminin enriched microenvironment. Transplantation 2008 ; 85 : 566–575. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  2. Riederer I, Negroni E, Bigot,, et al. Heat shock treatment increases engraftment of transplanted human myoblasts into immunodeficient mice. Transplant Proc; 2008 ; 40 : 624–630. [CrossRef] (Dans le texte)
  3. Riederer I, Negroni E, Bencze M, et al. Slowing down differentiation of engrafted human myoblasts into immunodeficient mice correlates with increased proliferation and migration. Mol Ther 2012; 20 : 146–54. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  4. Bencze M, Negroni E, Vallese D, et al. Proinflammatory macrophages enhance the regenerative capacity of human myoblasts by modifying their kinetics of proliferation and differentiation. Mol Ther 2012 ; 20 : 2168–2179. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  5. Portilho DM, Alves MR, Kratassiouk G. et al. miRNA expression in control and FSHD fetal human muscle biopsies. PLoS One 2015 ; 10: e0116853. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  6. Negroni E, Riederer I, Chaouch S, et al. In vivo myogenic potential of human CD133+ muscle-derived stem cells: a quantitative study. Mol Ther 2009 ; 17 : 1771–1778. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  7. Barthélémy I, Pinto-Mariz F, Yada E, et al. Predictive markers of clinical outcome in the GRMD dog model of Duchenne muscular dystrophy. Dis Model Mech 2014 ; 7 : 1253–1261. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)
  8. Pinto-Mariz F, Rodrigues Carvalho, L, Prufer De Queiroz Campos Araujo, A, et al. CD49d is a disease progression biomarker and a potential target for immunotherapy in Duchenne muscular dystrophy. Skelet Muscle 2015 ; 5 : 45. [CrossRef] [PubMed] (Dans le texte)

Liste des figures

thumbnail Figure 1.

Une équipe du LIA avec G. Butler-Browne et V. Mouly (CRM), I. Riederer (Fiocruz), deux étudiantes et deux post-doctorantes, dans le laboratoire de la FIOCRUZ à Rio-de-Janeiro.

Dans le texte

Les statistiques affichées correspondent au cumul d'une part des vues des résumés de l'article et d'autre part des vues et téléchargements de l'article plein-texte (PDF, Full-HTML, ePub... selon les formats disponibles) sur la platefome Vision4Press.

Les statistiques sont disponibles avec un délai de 48 à 96 heures et sont mises à jour quotidiennement en semaine.

Le chargement des statistiques peut être long.